Archives pour la catégorie arrosage

GROSEILLIERS, CASSISSIERS, FRAMBOISIERS : les meilleurs

groseille-a-maq-germania-pbGroseillier à  maquereau Germania. Le meilleur d’une série sans maladies. Photo Patricia Beucher, Reproduction commerciale interdite.

Groseilliers : des précoces et des tardifs
Les précoces comme Junifer ou Jonkheers Van Tets donnent début juillet, de masses de baies rouges acidulées.

Les tardifs comme Raisin, Rovada, Fertodi Longues grappes, donnent en août, de gros fruits, souvent moins acides que les précoces. Et beaucoup. Gloire des Sablons produit entre les deux des groseilles crèmes, un peu plus douces que les rouges.

Groseille à maquereau, adieu à la meilleure!

La rouge Winham’s Industry est assurément la plus fruitée de cette famille de groseilliers épineux qui sont le privilège du jardinier attentif, car elle attrape l’oïdium dès le 15 mai (chose qui se traite au Permanganate de potassium, en vente en pharmacie, sans danger mais sans autorisation en France, cf  l’article AGRO ECOLOGIE sur ce blog)  La rose Germania peut faire l’affaire, à la rigueur. Elle n’est pas malade, mais pour le fruité, ce n’est pas tout à fait ça!
Cassis: Andega, le meilleur pour un amateur
Toutes les qualités du meilleur, le Noir de Bourgogne sans exiger comme lui un compagnon aux fruits pas terribles. Variante encore plus prolifique même chez un jardinier super négligent (parole!): les Caseilles aux fruits plus gros, plus doux que le cassis et super généreux.
Framboisiers, grosse production ou saveur, pas les deux!
Si au début de l’été vous goûtez en même temps des Lloyd George et des Heritage, vous trouverez qu’Héritage est vraiment infâme! En revanche elle donne beaucoup à l’automne, pas Lloyd George, et en confiture, on ne fait plus la différence. L’une des meilleures c’est Bois blanc et elle redonne à l’automne. J’ai remarqué que les framboises à gros grains sont bien plus parfumées que celles à petits grains serrés. Le framboisier jaune est une amusette sans grand intérêt.

Attention, pour ne pas devenir fou avec un carré de framboisiers décidés à coloniser tout le terrain, encadrez la plantation de gazon ou de trèfle blanc (voir ci-dessous).

Plantation et entretien

Petits fruits par le calibre, mais gros appétit! Il faut savoir que tous ont besoin de froid pour bien produire. Ils réussissent aussi beaucoup mieux en sol drainant. Ce qui les exclut des grosses argiles étouffantes du Midi.

Ensuite, plantez-les à bonne distance, 1.50 m entre chaque plant au moins, 2 m si possible.  Garnissez chaque trou de plantation d’un mélange à parts égales de terre et de compost mûr (1 pelletée au moins). Et chaque printemps, en mars, distribuez 1/2 brouette de compost /m² avant de pailler copieusement la plantation avec des tontes de gazon : 10 cm d’épaisseur, direct de la tondeuse. Variante : ensemencer le rang avec du trèfle blanc, mais seulement le 3e printemps quand la plantation a pris son essor (avant le trèfle peut concurrencer une plantation souvent assoiffée en été car rares sont les jardiniers qui pensent à arroser leurs jeunes arbustes !). Avantage de cette association : le trèfle tapisse le sol, étouffant de plus vivaces et moins sympas. Un tour de tondeuse permet en prime de contrôler les framboisiers qui n’arrêtent pas d’émettre des stolons colonisateurs. Inconvénient: le trèfle est tout mou tout tendre et bloque souvent la tondeuse.

Bonne nouvelle en ces temps fauchés: groseilliers cassis et caseille se bouturent à merveille, et en hiver c’est la saison: vous taillez des brins gros des crayons, vous plantez (comme de vrais plants enracinés, dans de la bonne terre) et c’est parti. Les framboisiers eux émettent une foule de plants racinés que l’on vous donnera volontiers.
Une pépinière spécialisée : Ribanjou, vend tous les petits fruits imaginables,  le fameux goji et même un goyavier qui mûrit en Anjou! Son adresse : http://www.ribanjou.com.
Zone Horticole du Rocher Briollay 49125 Tiercé. Tél.: 02 4142 6519 ribanjou@wanadoo.fr . Un choix fou, mais des plants parfois fluets.

Publicités

jardinier vacancier

chat arrose

Astuces pour partir en vacances d’un pas léger

Partir le coeur léger, ça va.

Retrouver un paillasson hirsute, peuplé de monstres (le rayon courgettes s’est déchaîné) au retour, ça gâche un peu les retrouvailles. Pour éviter ce petit choc psychologique plusieurs possibilités :

-Trouver un garde-jardin sympa, par exemple un copain d’une autre région qui sera emballé à l’idée de voir un peu comment ça se passe chez vous et repartira avec un souvenir ébloui de la manière dont vous taillez les tomates, gouvernez le chrysanthème et pilotez le poulailler. C’est moins répandu que l’échange de maisons, mais voilà une formule de vacances qui pourrait réjouir bien des jardiniers curieux mais fauchés.

Bémol : gare au jardin hypercompliqué style english avec mixed borders à gogo, potager autarcique à l’ancienne, arrosage intégré d’un gazon moquette et autres aménagements à problèmes.

Autre possibilité : préparer son affaire avant de partir, et par la même occasion s’initier à un mode de pilotage léger, qui pour ma part fait mon bonheur depuis une quinzaine d’années.

on paille tout, de préférence après une bonne pluie (sinon on arrose, mais à bloc, genre 10l/m2) avec 10cm de paille, fougère, ana de lin, gazon, ortie (pas montée en graine)…

on place tous les pots dans des cache-pots de 10 cm plus larges que les pots, en garnissant l’intervalle avec de la tourbe, qu’on arrose à bloc (effet éponge optimum), et on couvre la surface du pot avec du gravier, de jolis cailloux, des galets. Vous avez remarqué: sous le gravier, c’est toujours frais.

au potager, le plus sympa est d’inviter un voisin, un copain à venir récolter tout ce qui va être bon à récolter pendant votre absence. Si personne n’est motivé par le programme « 5 légumes et fruits par jour gratos », cueillez un maximum de fruits, même minuscules: fraises vertes, courgettes grosses comme le petit doigt, concombres et melons gros comme un pois, histoire que les plantes ne s’épuisent pas à produire des monstres qui auront pour effet de les épuiser et de stopper net les récoltes à votre retour. On n’élimine pas tout : tomates, poivrons, aubergines, haricots gros comme des aiguilles continueront leur course tranquilement grâce au paillage qui leur tient le pied au frais.

penser à pailler à bloc les arbres, arbustes, rosiers installés cet hiver: gros arrosage, plus carton (débarrassé de son scotch, étiquettes plastiques etc.) plus 10 cm de gazon ou autre. Cette couverture au look de gros feutre gris sera digérée en l’espace d’un an, générant un humus dopant pour le petit nouveau qui va démarrer en flèche.

les jardiniers super prévoyants cueillent un max de fleurs – et en profitent pour faire une grande distrib de bouquets épatants- ce qui aura pour effet de relancer les floraison à votre retour

bon c’est un peu de boulot, c’est un peu à rebours des habitudes (cueillir des courgettes si mimi…) mais c’est aussi l’occasion de changer un brin : les bébés légumes sautés en brouillade express (deux oeufs, de la crème, un brin d’estragon dans une petite cocotte pour deux) ça réjouit les papilles, excellent prélude aux vacances non?

voir les chroniques de Patricia Beucher sur RTL