Cultiver et nourrir

 

 

C’est la tradition des cultivateurs : depuis des siècles les plantes voyagent de bouche-à-oreille et de poche en poche, se propageant sur une rencontre, sur un regard, sur une demande parfois quand la récolte a manqué, quand l’année a été mauvaise. En ces jours amers de grande marchandisation générale, c’est une tradition plus vivante que jamais. Certes, l’infiniment riche patrimoine vivrier des semences et des plantes nourricières est devenu un enjeu convoité, rogné, menacé, mais la tradition populaire résiste et triomphe au sud comme au nord. Ce blog se veut une petite voix dans la multitude de ces échanges non marchands qui nourrissent les corps et les esprits en cultivant autant la terre que la liberté et l’amitié, seraient-elles fugitives, seraient-elles vivaces.

2 réflexions sur “ Cultiver et nourrir ”

  1. Bonjour,

    Je me permets de vous contacter car dans votre livre ‘Je veux des poules », vous évoquez des poules Barbues d’Anvers et Barbues d’Uccles utilisées par des pépiniéristes pour désherber.
    J’aimerais avoir plus d’informations, pourrions-nous échanger à ce sujet svp ?
    Je vous remercie d’avance

    1. bien sûr! les poulettes sont adorables, en revanche les coqs braillent beaucoup et sont un brin agressifs (mais bon 500g ne font pas le poids face à un jardinier pas content!) cordialement, patricia

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Savoirs partages

%d blogueurs aiment cette page :