Archives du mot-clé gazon

LA PERMACULTURE SANS COURBATURES 4: Préparatifs, on change tout!

De février à avril, c’est la saison idéale pour convertir un terrain à la permaculture version relax. C’est à dire: un maximum d’effet pour un minimum d’effort. Un maximum de vie, dans un minimum d’espace. Un maximum de durée (ça s’équilibre, ça vit sa vie), pour un minimum de boulot.

1 Démarrer à zéro

Si le sol est envahi d’herbes vivaces et tenaces comme le liseron, l’ortie, le chiendent, l’oseille, la phase ameublissement par bêchage et désherbage est difficile à éviter. Si vous avez des poules, invitez-les à se gaver de chenilles, car c’est aussi la période où l’on trouve quantité de larves de hannetons, de tipules, de vers fil de fer endormis juste sous la surface du sol. Très riches en protéines, ces compléments alimentaires dopent la ponte et vous aurez votre oeuf du jour tous les jours en remerciement.

poules-au-potager09pbeucherLes mottes d’herbe sont jetées dans la brouette sitôt arrachées. Les poules s’occupent des finitions: affiner le guéret, boulotter les insectes.

2 Que faire des pierres?

A priori les pierres n’empêchent pas les plantes de pousser, et si le sol est argileux, elles contribuent à le drainer. Mais les carottes, panais ou autres légumes racines, deviennent fourchus, donc malingres, dans un sol pierreux. Et dès qu’on abandonne la grelinette pour une fourche aux dents plus étroites, les pierres se coincent dedans, et là, c’est franchement galère. Donc, ici, j’ai choisi de jeter toutes les pierres dans un sillon de 10 cm de côté, en bord de plate-bande, et en guise de soubassement à une poutre servant à séparer la plate-bande de l’allée. A priori c’était une bonne idée, le bois pourrit moins vite grâce aux pierres l’isolant de l’humidité. En réalité, ce fut une autre affaire!

3 Encadrer les plates-bandes nécessaire ou fastidieux?

Pour simplifier l’entretien des allées, on y laisse l’herbe déjà présente et on la tond. Premier conseil: prévoir sa largeur en fonction de celle d’une tondeuse ordinaire, soit 80 cm correspondant à deux passages se chevauchant au centre pour un effet moquette impec. Si comme ici le bois encadrant les cultures se trouve plus haut que l’allée, l’herbe en profite pour s’encastrer solidement dans cet espace où elle poussera tranquille.

Deuxième conseil : oui au cadre, mais à condition:  1 de le choisir plat, 2, de le poser pile au même niveau que l’allée. Dans ce cas, on fait rouler la tondeuse sur le cadre, et on obtient un effet magique immédiat ! Car dès que les bords de l’allée sont rasés net le plus pagailleux des jardins devient magnifique. Et, naturellement les tontes de gazon servent aussitôt à pailler les cultures, tapisser les sentiers ou les buttes.

 

 

 

 

 

Publicités

COMPOST VERSION PARESSEUX

compost1-ingredients-pbeuchCOMPOSTER QUOI?

  • Tous les déchets de cuisine, sauf les os et les coquillages (à brûler en fin de barbecue pour les réduire en cendres et les incorporer au compost).
  • Les crottes de poule
  •  Les mottes d’herbe, les fleurs fanées,  les branchages – sauf de conifère.

compost-1sans-silo--brancheInutile de broyer les branchages, une galère!

Empilés à même le sol ils forment une super base pour le tas de compost qui a besoin d’air pour démarrer. Ils suscitent aussi l’apparition de bactéries, champignons et animalcules s’attaquant au ligneux qui enrichissent le mélange.

compost2tomates-maladespbeuNE PAS COMPOSTER : 

  • Les herbes vivaces (boutons d’or, oseille, liseron…), les jeter plutôt dans un seau d’eau et laisser macérer 15 jours. Le contenu du seau servira d’arrosage dopant pour les autres déchets empilés.
  • Les fruits et plantes malades, sauf si on est sûr que le compost va chauffer, chose qui en général n’arrive pas chez les composteurs paresseux! Mieux vaut eux aussi les jeter au barbecue pour les réduire en cendres.

COMPOSTER AVEC MODERATION

  • Les cendres: surtout si le sol du jardin est calcaire, Les saupoudrer à raison de 3 boîtes à conserve/m² sur les branchages à la base du tas ou sur une couche de déchets épaisse de 20 cm. Pour info, les cendres sont excellentes au pied des arbres et arbustes fruitiers.
  • Les crottes de poule: à saupoudrer, comme les cendres (elles sont super riches en azote et en calcaire).
  • Le gazon: sauf à l’automne, où la dernière tonte le mélange aux feuilles mortes en mélange idéal sec/mouillé, il est bien plus utile en paillage épais, partout dans le jardin. Dans le compost il pourrit en amas gluant répugnant et requiert un vrai savoir faire comme agent chauffant du tas.

LE MELANGE QUI DEMARRE CASHcompost-3-arrosage--pbeuche

Un équilibre entre sec et humide.

Le sec: fleurs sèches, feuilles mortes, foin (sans graines!), paille, fougère sèche, crottes de poule, cendres.

L’humide: déchets de cuisine, mottes d’herbe, fruits,

Si le mélange est trop sec, arroser. Copieusement, jusqu’à ce que les éléments soient juteux. Ou le laisser exposé aux grosses pluies…

Plus les éléments sont hachés et mélangés, plus le mélange démarre cash, chauffant dans les 8-10 jours dès qu’il atteint 50 cm d’épaisseur.

compost5-couvertfougere-pbeImportant, il faut toujours couvrir le tas. Avec des branchages, de la fougère, une bâche…Mais couvrir après chaque apport. La couverture évite le lessivage des éléments fertiles et favorise l’apparition des agents composteurs.

Ils sont nombreux, invisibles pour la plupart, pas jolis pour la plupart des visibles!

compost3-&habitts-compostCrapaud, orvet, escargot, limaces grises et oranges, larve de hanneton (avec pattes), de cétoine (sans pattes), de ver luisant, de coccinelle…

à savoir:

Plus le tas est épais,  et volumineux (1 m de côté, c’est la taille idéale), plus ça chauffe et se transforme en compost idéal. Mieux vaut un tas étroit et épais que large et pas épais. Transformation en compost, sans autre manipulation: 6-7 mois pour les piles d’automne, 3-4 mois pour celles de printemps.

Pour la méthode en détail, avec vidéos : Faire son compost, la méthode paresseux aux éditions Ulmer.

ARROSER EFFICACE

arroser-minuté-pbeucher--(5 1Arroser copieusement, permet d’arroser moins souvent.

Une dose de 10l par plant de tomate, courgette, concombre, poivron, chou, aubergine ou par mètre de semis de haricot.

2 Pailler copieusement avec des tontes de gazon fraîches, direct du bac de la tondeuse, entretient un sol frais, fertile et sans herbe!

Chaque arrosage est à compléter d’un paillis plus ou moins copieux avec ces tontes de gazon qui font enrager le jardinier, produit ce miracle: la réduction considérable de la corvée d’arrosage.

Ainsi, tous ces légumes très assoiffés peuvent marcher à merveille avec ce régime : un arrosage à la plantation ou au semis, puis ensuite, 15 jours après, et ensuite, pour tout l’été, une fois par mois.

Mais attention, toujours copieux l’arrosage, et en prenant son temps. Pour que la terre absorbe parfaitement sa dose, on écarte le paillis, on fait un premier passage au tuyau, sans embout, puis au second, on minute. Ici, les tomates sous tunnel sont arrosées avec un tuyau branché sur une réserve de 500l d’eau. Pour calculer le temps nécessaire à l’écoulement des 10 l requis, on minute le remplissage d’un arrosoir.

L’arrosage terminé, le paillis est remis en place, voire complété par une nouvelle dose de gazon frais, versé direct du bac de la tondeuse. Vous avez lu partout qu’il faut le faire sécher, c’est faux, fraîchement coupé, il forme une petite moquette carapace parfaite pour entretenir la fertilité et la fraîcheur du sol, alors, pourquoi s’embêter!

Paillez tout: zéro déchet vert et vacances !

Pailler c’est tapisser le jardin d’une moquette de verdure. C’est bon pour le moral, car une fois le jardin ainsi préparé, c’est le début des vacances du jardinier: zéro sarclages, cette corvée qui vous brise le dos, zéro désherbant, les mauvaises herbes sont étouffées sous le tapis vert, zéro arrosage, ça se tient frais sous la moquette. C’est bon pour la terre : ça fabrique de l’humus tout seul.

l\'usage de la débroussailleuse, pour faucher les herbes non montées en graine, donne un super paillage moins compact que la tondeuse à gazon

Moyennant juste ce geste simple: vider le bac de la tondeuse en tapis de 5 à 10 cm autour des plantes, de préférence après une petite pluie, sur le sol bien frais. Inutile de sarcler les « mauvaises herbes » déjà poussées, si vous paillez épais, elles trépasseront toutes seules. Seuls les oignons, les échalotes, les plantes à feuillage gris et les pommes de terre étouffent et pourrissent avec ce genre de moquette, car sous l’effet des averses, le gazon vire vite à la moquette dense et gris-beige, gentiment caressante sous les pieds nus du jardinier.

Variante: l’herbe fauchée à la débroussailleuse, donne un paillage moins compact, mais à condition d’agir avant montée en graine, sinon, vous ensemencez une prairie

Gazon moquette pour jardinier paresseux

Fini les voyages à la déchetterie, qui plombent la facture essence, le farniente du week-end et la facture « déchets » de la commune (les déchets verts « pèsent » environ 30% de cette grosse addition en pleine croissance). On  les troque contre le parcours pelouse/ massifs ou pelouse/potager. C’est gratuit, c’est un sport aimable et c’est bon pour la planète.

Pour le verger et la haie, le top du top c’est de déposer sur le sol des cartons d’emballage, autour des arbustes et de les tapisser de gazon fraîchement haché. Tranquilité garantie : un an. Seuls quelques opiniâtres comme le chiendent ou le chardon réussissent à percer ce couvert efficace, mais pas pour longtemps, dans le sol ameubli, ils sont faciles à arracher et si vous renouvelez l’opération l’année suivante, ce sera fini. Résultat : vous verrez vos arbustes démarrer en flèche dans cette bonne terre fraîche et meuble.

Certains petits malins en profitent pour glisser trois ou quatre pommes de terre bien poussées sous le carton. Ils récoltent en fin d’été deux ou trois kilos de pommes de terre nouvelles qui ne leur ont coûté zéro boulot !

Le gazon : paillage idéal, compost atroce

Ne vous escrimez surtout pas à essayer de faire du compost avec le gazon, c’est une corvée atroce: ça fermente, ça devient gluant et pour le compost, c’est minable. Alors que simplement répandu sur le sol, en tapis homogène, les bactéries, vers de terre et autres microorganismes se chargent de vous transformer tout ça en humus appétissant pour le printemps prochain.

Ortie et consoude, paillages stimulants

Consoude de Russie, vivace, elle donne plusieurs récoltes dans l’été.

Séchée, l’ortie cueillie maintenant, avant montée en graine (après bonjour le semis féroce!) compose un tapis homogène et léger comme du papier, très seyant pour les oignons, échalotes et autres plantes de rocaille qui n’aiment pas vivre collées serrées par un tapis étouffant. Riche en azote, en fer et en oligoéléments, c’est aussi un paillage stimulant qui booste les plantes.

Riche en potasse et en bore, la consoude convient particulièrement aux tomates, aubergines, poivrons, pommes de terre, aux fraisiers et aux fruitiers, du framboisier au pommier. Fauchée en pleine floraison, on la laisse faner une journée avant de la répandre, sinon elle risque de s’enraciner à la faveur de la fraîcheur générée par son propre paillage. La plus épatante est la consoude de Russie, qui atteint 80 cm de haut, mais à défaut les consoudes officinales blanches et mauves actuellement en fleurs dans les fossés, conviennent très bien. On peut en faire un tapis épais de 15 cm, car ses grosses tiges luxuriantes et velues tricotent un tapis grossier, d’aspect rugueux d’un gris sympa et aéré.

La fougère (aigle, à défaut, fougère mâle) a quatre avantages: elle est belle, elle sent bon, elle améliore les sols les plus ingrats, en particulier les terres acides et lourdes qu’elle allège à merveille en se décomposant, lentement, en humus noir, plein de vers de terre.

Enfin, pour Vincent Mazière, pionnier des explorateurs des plantes qui soignent les plantes, cueillie jeune, alors que ses frondes sont encore en crossettes, elle composerait des tapis qui désinguent lumas et escargots. J’avais mal compris l’enthousiasme du bonhomme pour cette beauté que j’adore aller cueillir en lisière des taillis, et badaboum, les limaçons ont dévoré toute ma provision de laitues d’hiver, paillées, erreur fatale, à la fougère rousse, celle de l’automne qui sent si bon.

Certains prétendent que simplement déposée sur la tête des choux, elle éloigne les piérides. A vérifier et à partager!

L’accessoire indispensable pour la cueillette c’est la faucille, sinon gare aux coupures cruelles sur vos petites mains, car les tiges lisses et solides de cette grande belle  plante riche en silice vous entaillent la peau .